Accord commercial Mexique/États-Unis : Un prélude à d'autres accords?


© Photo Radio Canada

Les faits :

Le Mexique et les Etats-Unis ont signé lundi un accord commercial qui met fin à la surenchère des droits de douane. Il concerne notamment le secteur automobile où, pour être exempté, la part produite dans les 2 pays doit passer de 62,5% à 75% et 40-45% de la production vendue doit être produite dans des usines dont le salaire horaire ouvrier est supérieur à 16$ (2 fois plus que les ouvriers de la chaine de montage mexicaine et 4 fois plus que chez les équipementiers).


Mon décryptage :

Un accord pas si révolutionnaire, qui peut s’étendre au Canada, dont pourrait s’inspirer l’Europe mais loin de concerner la Chine.


70% des 2,3M de véhicules légers exportés aux Etats-Unis respecteraient déjà ces règles. Les 30% restant ont jusqu’à 2024 pour se régulariser.


Cet accord concerne surtout les nouvelles usines. Les usines existantes qui ne respecteraient pas cette règle ne payeront qu’une taxe de 2,5 %.


Prochaine étape : un accord avec le Canada probable ; 71% de la production automobile exportée est déjà réalisée dans les 3 pays de l’ALENA (accord de libre échange nord-américain) et le salaire horaire est supérieur aux 16$ requis.


Europe : Trump menace de mettre 20% de droits de douane sur les importations automobiles aux Etats-Unis mais un début d’apaisement est apparu lors de l’accord de libre-échange signé fin juillet ; les discussions se poursuivaient lundi entre Merkel et Trump pour « éliminer les obstacles à une relation commerciale plus profonde » (Maison Blanche).


Un accord commercial avec la Chine est beaucoup plus complexe. Les rapports de force sont différents et les exigences de D. Trump peu acceptables par les Chinois : fin des subventions pour les industries stratégiques, fin de l’obligation des transferts de technologie, réformes des entreprises d’Etat.


Ma recommandation :

Ne pas miser sur un accord rapide avec la Chine. Les enjeux sont beaucoup plus stratégiques. Les ambitions de Xi Jinping de devenir le leader technologique mondial et de dominer l’Intelligence Artificielle à l’horizon 2030 visent à amoindrir l’hégémonie américaine : « Made in China 2025 » contre « Made in USA ». D. Trump n’est pas pressé : l’économie américaine va bien et il ne semble pas menacé lors les élections de mi-mandat des 2 chambres en novembre. Un accord avec l’Europe semble plus proche.



© 2019 Mes clés pour investir  par Olivia Giscard D'Estaing.  Site réalisé sous Wix par Easy Site Shop

Suivez moi aussi sur

  • Gris Facebook Icône
  • Grey Twitter Icon
  • Grey LinkedIn Icon