Budget Italien : Risque pour la zone Euro ?


© Photo La Tribune

Les faits :

Le Vice-Président du Conseil des ministres italien et dirigeant du mouvement 5 étoiles, Luigi di Maio, n’exclut pas que le déficit budgétaire dépasse la limite fixée par les règles européennes, soit 3%, en 2019 ; il menace aussi de réduire la contribution de l’Italie au budget européen ; ce serait une grave remise en cause d’une obligation inscrite dans les traités de l’Union Européenne. Le taux de l’emprunt d’Etat 10 ans continue de progresser à 3,14% (2% fin 2017).


Mon décryptage :

Risque d’une nouvelle crise de la zone euro ?


L’Italie a un poids important dans la zone euro : 3ème pays avec 15,4% du PIB de la zone euro, plus de 60M d’habitants, membre fondateur de l’Union Européenne, contribue positivement au budget européen (3,4 mds€ 2016).


Depuis la création de la zone euro, l’Italie s’est appauvrie relativement à la moyenne des 19 pays de la zone euro : le PIB réel (corrigé de l’inflation) par habitant = niveau 1999 ; est inférieur de plus de 10% à la moyenne de la zone euro ; taux de chômage des jeunes passé de 20,4% à 34,7% en 10 ans (Eurostat).


Le vrai problème vient d’une faible croissance potentielle : la population en âge de travailler baisse et la productivité est faible ; Prévisions : PIB +1,3% 2018 ; +1,2% 2019.


Le Gouvernement de coalition populiste va soumettre fin septembre un programme de relance qui pourrait coûter très cher (6% du PIB), qui est incompatible avec les règles européennes et qui ne propose pas de réforme structurelle.


La dette publique italienne est déjà très élevée avec près de 132% du PIB même si elle a moins augmenté que la France depuis la création de l’euro ; de 1999 à 2017, elle est passée de près de 110% du PIB à 132% ; en France, elle est passée de 60,5% à 97%


L’Italie peut se financer : balance courante excédentaire depuis 2013 (+2,8% en 2017) contrairement à la France où elle est négative depuis 2007 (- 0,6% en 2017) et déficit budgétaire 2017 inférieur à la France (2,3% contre 2,6%).


Mais l’instabilité politique permanente érode la confiance : depuis la seconde guerre mondiale, la durée de vie moyenne du Gouvernement est tout juste supérieure à 1 an.


Ma recommandation :

On rentre dans une période d’instabilité avec la discussion budgétaire qui va commencer mi-octobre dont l’issue offre peu de visibilité (vote ou rejet du budget au Parlement ? Réaction des autorités européennes ?).

Mais l’Italie et les partenaires européens ont tout intérêt à trouver un accord : l’Italie pour ne pas faire exploser le coût de sa dette ; les Européens pour maintenir la cohésion de la zone euro. Rester serein même si les marchés peuvent être secoués..



© 2019 Mes clés pour investir  par Olivia Giscard D'Estaing.  Site réalisé sous Wix par Easy Site Shop

Suivez moi aussi sur

  • Gris Facebook Icône
  • Grey Twitter Icon
  • Grey LinkedIn Icon